En 1910, le chimiste René-Maurice Gattefossé (1881-1950) qui faisait des recherches en parfumerie, se brûla grièvement les mains, lors d’une explosion de laboratoire. Très gravement brûlé, et soigné selon les moyens de la médecine contemporaine, il fut rapidement atteint de gangrène gazeuse. En dernier recours, retirant ses bandages, il appliqua sur ses plaies infectées de l’huile essentielle de lavande. Selon la légende, les résultats furent stupéfiants, et confirmèrent son intuition : l’essence de lavande possédait de réelles propriétés antiseptiques et cicatrisantes2. Dès lors, il consacra une partie de ses recherches aux propriétés des huiles essentielles.
Il est à l’origine du néologisme « aromathérapie », devenu peu après un mot courant qui désigne l’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes : essences et huiles essentielles.